Sexualité

Qu’est-ce que la sexothérapie ?

La sexothérapie est une forme de psychothérapie dont l’objectif est de traiter les troubles sexuels d’origine psychologique les plus courants chez l’homme (perte de désir, dysfonction érectile, éjaculation précoce, angoisse de la performance) et la femme (anorgasmie, vaginisme, libido faible et difficultés d’excitation). Cette thérapie est notamment divisée en trois actions : cognitive, pour rendre le patient (ou le couple) conscient des mécanismes sous-jacents du trouble ; relationnelle, afin de résoudre les conflits et incompréhensions au sein du couple ; comportementale, à partir de recommandations visant à encourager la formation d’une nouvelle perception de soi et de sa relation avec son partenaire, à la fois dans un cadre sexuel et relationnel.

Vous aimerez aussi

Impact des douleurs chroniques sur la sexualité
Actualités
Parlons de sexe

Impact des douleurs chroniques sur la sexualité

Maux de tête, mal de dos, douleurs musculaires et osseuses… Les douleurs chroniques – celles qui reviennent ou ne disparaissent jamais totalement – s’invitent dans notre vie de nombreuses manières.

N'ayez crainte: le vélo n’impacte pas la sexualité
Actualités
Parlons de sexe

N'ayez crainte: le vélo n’impacte pas la sexualité

Vous pouvez pédaler en toute sérénité. Deux nouvelles études ont démenti ce que l’on craignait jusqu’ici pour la santé des cyclistes, c’est-à-dire que l’utilisation prolongée du vélo entraîne une augmentation du risque d'apparition de problèmes sexuels et de l'appareil urinaire.

Qu’est-ce qui pousse à l'autoérotisme ?
Actualités
Parlons de sexe

Qu’est-ce qui pousse à l'autoérotisme ?

C’est souvent un sujet tabou. Pourtant, les sexologues assurent que se masturber est un comportement tout à fait normal. Ce qui est sûr, c’est qu’il s'agit d'une habitude extrêmement répandue. Mais les motivations qui poussent les hommes et les femmes ayant un partenaire stable vers l’autoérotisme sont encore floues. Pour en savoir plus, une équipe de chercheurs de l’Université du Texas d’Austin et de la Brigham Young University a interrogé plus de 7 600 hommes et 8 000 femmes âgés de 18 à 60 ans.