Benign prostatic hyperplasia (BPH): which foods to prefer and which to avoid?
Hypertrophie bénigne de la prostate

Benign prostatic hyperplasia (BPH): which foods to prefer and which to avoid?

L'HBP est la tumeur la plus fréquente chez l'homme. De son nom, il s'agit d'un néoplasme bénin de la glande sexuelle masculine, la prostate. Située spécifiquement près de la sortie de la vessie, elle a tendance à perturber les habitudes de miction et à provoquer des complications au niveau de la vessie et des reins à mesure qu'elle augmente de volume. La prostate commence à s'élargir vers l'âge de 30 ans, puis suit la règle des 50 en affectant 50 % des hommes de plus de 50 ans, mais heureusement, en ne causant des problèmes que pour 50 % d'entre eux. Les symptômes courants de l'HBP comprennent le besoin fréquent et urgent d'uriner, notamment après le sommeil, la difficulté à initier et à maintenir un jet d'urine régulier, ou l'incapacité à vider la vessie. Il est intéressant de noter que la taille de la prostate ne détermine pas nécessairement la gravité des symptômes.

 

Symptômes de l'HBP: le régime alimentaire joue-t-il un rôle?

Outre les diverses options thérapeutiques disponibles, des traitements médicameuteux pris par voie orale aux techniques chirurgicales peu invasives, des recherches récentes ont démontré le rôle thérapeutique positif des modifications alimentaires. Les changements alimentaires se sont avérés efficaces dans la gestion de l'HBP en tant que traitement unique des symptômes légers ou en tant que complément aux médicaments oraux. Par la consommation de certains groupes d'aliments et la suppression d'autres, il est possible d'agir sur la progression naturelle des symptômes de l'HBP en modifiant la dimension ou le dysfonctionnement de la prostate.

 

Aliments à consommer

La consommation de protéines d'origine végétale contenues dans les fruits et légumes frais peut être préférable aux protéines d'origine animale. Cela est dû à leur plus faible teneur en acides gras insaturés augmentant le risque d'HBP. Différents types de légumes et de fruits contiennent des substances naturellement protectrices contre l'HBP.

  • Les baies et les tomates à forte teneur en antioxydants protègent l'organisme contre les produits toxiques du métabolisme.
  • Les plantes de la famille des choux sont également source riche en élements protecteurs de la prostate.
  • Les agrumes, riches en vitamine C, contribuent à maintenir l'intégrité de la prostate.
  • Les constituants de l'ail diminuent la production de cholestérol et la synthèse des acides gras, freinant ainsi la progression de l'HBP.
  • Les amandes, les noix, les noix de pécan et les graines de citrouille contiennent du zinc permettant d'interférer avec les enzymes responsables de l'élargissement de la prostate.
  • Le palmier nain, un extrait végétal reconnu, empêche la croissance de la prostate par plusieurs mécanismes.

 

Les aliments à éviter

D'autres aliments, à l'inverse, peuvent ne pas être en faveur de la prostate. D'où la nécessité de les écarter.

  • Similaire à la réduction de la viande rouge, la diminution de la consommation de produits laitiers comme le lait, le fromage et le beurre peut contribuer à améliorer les symptômes de l'HBP.
  • Réduire les boissons caféinées et le chocolat diminuera la fréquence et l'urgence urinaires.
  • Il en va de même pour l'alcool qui stimule la production d'urine.
  • Adopter un régime pauvre en sodium en utilisant des alternatives au sel et en réduisant les repas transformés peut se révéler bénéfique pour la prostate comme pour le cœur.

En conclusion, de simples modifications du régime alimentaire et du mode de vie permettent à de nombreux hommes de réduire naturellement leurs symptômes liés à l'HBP. Une alimentation saine, pauvre en produits animaux mais riche en légumes frais, en fruits et en poisson, pourrait protéger votre prostate. Une alimentation saine vous permet d'avoir une prostate saine.

 

Ahmed M. Ragheb, MD, PhD, FECSM
Professeur adjoint d'urologie, Université Beni-Suef, Le Caire, Égypte

HFTHQ 21-20
ESSM
Content written by ESSM View all ESSM contents
Références bibliographiques

Foods to eat - 2018

Benign prostate hyperplasia and nutrition - K. Das, N. Buchholz - 2019

Vous aimerez aussi

Dysfonction érectile : quelles sont les causes les plus fréquentes ?
Actualités
Dysfonction érectile

Dysfonction érectile : quelles sont les causes les plus fréquentes ?

Contrairement à ce qui se passe chez la femme, chez l'homme, les fonctions biologiques nécessaires à la procréation ne sont pas caractérisées par un déclin rapide tel que celui observé lors de la ménopause chez la femme. Néanmoins, on observe une baisse assez régulière des taux sériques de testostérone et de la qualité du sperme à mesure que les hommes vieillissent, ce qui indique, du point de vue de la biologie de l'évolution, que l'importance de procréer diminue avec l'âge.

Existe-t-il un lien entre votre régime alimentaire et la dysfonction érectile ?
Actualités
Dysfonction érectile

Existe-t-il un lien entre votre régime alimentaire et la dysfonction érectile ?

La dysfonction érectile est définie comme l'incapacité à atteindre ou à maintenir une érection pénienne« suffisante pour permettre une performance sexuelle satisfaisante ». Les causes de cette dysfonction sont classées en trois catégories : organiques, psychogènes ou mixtes. Les étiologies organiques représentent 80 % des cas et englobent les causes vasculaires, neurogènes, hormonales ou médicamenteuses.

Est-il possible de contrôler l'éjaculation précoce ?
Actualités
Éjaculation précoce

Est-il possible de contrôler l'éjaculation précoce ?

L'éjaculation précoce (EP) ou éjaculation prématurée est un trouble sexuel caractérisé par un temps de latence de l'éjaculation assez court, impossible à contrôler par le patient et entraînant une détresse émotionnelle chez ce dernier. Les problèmes d'éjaculation précoce sont-ils courants ?