COMMENT LA RECONNAÎTRE ?

L’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP), également connue sous le nom d’adénome de la prostate, est une pathologie qui se caractérise par une augmentation du volume de la prostate, due essentiellement à une hausse du nombre des cellules de cette glande. Ce phénomène lié à l’âge correspond à une croissance bénigne du tissu de la prostate. Il peut toutefois exercer une pression sur l’urètre et perturber l’évacuation normale de l’urine. Il s’agit d’une maladie très répandue touchant jusqu’à 50 % des hommes âgés de 60 ans environ et 90 % d’entre eux après 85 ans.

Deux types de symptômes propres aux voies urinaires sont typiques de l’hyperplasie bénigne de la prostate : les symptômes obstructifs impliquent des difficultés pour commencer à uriner, une émission d’urine intermittente, une vidange incomplète de la vessie, une faiblesse du jet d’urine et des difficultés lors de la miction ; les symptômes irritatifs se distinguent par des mictions fréquentes avec des quantités d’urine relativement faibles (pollakiurie), un besoin accru d’uriner pendant la nuit (nycturie), l’urgence et un besoin impérieux de vider la vessie ainsi qu’une sensation de brûlure lors de la miction.

L’HBP peut en outre être associée à des troubles de la sexualité, comme une baisse de la libido ou une dysfonction érectile, et certains patients font part d’un plaisir sexuel moindre.

Bien que la communauté scientifique ne comprenne pas toutes les causes de cette pathologie, on estime que les principaux facteurs qui en seraient à l’origine sont le vieillissement et les changements hormonaux se produisant chez les sujets âgés. Il semble notamment que la dihydrotestostérone (DHT), un androgène (hormone sexuelle masculine) stimulant la croissance des cellules dans les tissus prostatiques, joue un rôle majeur dans la survenue de l’HBP.  Les œstrogènes peuvent également être impliqués dans l’apparition de la maladie : l’HBP est en effet répandue chez les hommes avec de hauts niveaux d’œstrogènes et de faibles niveaux de testostérone libre, ce qui déclenche probablement le développement de la prostate.

 Lectures conseillées

  • Roehrborn, C.G., Benign Prostatic Hyperplasia: An Overview
  • Girman, C.J., Population-based studies of the epidemiology of benign prostatic hyperplasia, Br. J. Urol. 1998;82(suppl 1):34–43
  • Berry, S.J., Coffey, D.S., Walsh, P.C., Ewing, L.L., The development of human benign prostatic hyperplasia with age, J. Urol. 1984
  • American Urological Association Practice Guidelines Committee, AUAguidelines on management of benign prostatic hyperplasia (2003), Chapter 1: diagnosis and treatment recommendations, J. Urol. 2003;170(2 Pt 1)
  • Roehrborn, C.G., Girman, C.J., Rhodes, T. et al., Correlation between prostate size estimated by digital rectal examination and measured by transrectal ultrasound, Urology, 1997
arrow top