QUE FAIRE ?

L’HBP est une pathologie très commune mais environ 50 % des hommes qui en sont atteints ne présentent ni symptômes, ni perturbations. Ils ne nécessitent donc pas de traitement spécifique. Une fois la maladie diagnostiquée, l’urologue continuera à surveiller la situation afin de détecter au plus vite toute aggravation.

Bien qu’il soit impossible d’agir sur les facteurs de risque majeurs que constituent l’âge et les antécédents familiaux d’HBP, d’autres facteurs peuvent être modifiés avec quelques efforts : le surpoids, un mode de vie sédentaire, l’abus d’alcool et un régime pauvre en fruits et légumes. Même les hommes qui développent les symptômes dérangeants de la maladie peuvent faire en sorte de limiter leur sévérité, voire de les éliminer : il convient pour cela d’éviter le café, l’alcool et les autres boissons diurétiques qui incitent l’organisme à expulser les liquides plus rapidement, générant ainsi des mictions plus fréquentes.

Certains médicaments peuvent par ailleurs affecter ces mictions et il est conseillé, dans la mesure du possible, de ne pas y avoir recours : antihistaminiques, décongestionnants (sprays nasaux) et autres principes antiallergiques. La limitation de la consommation de liquides dans des situations où il peut s’avérer gênant ou difficile d’uriner constitue une bonne stratégie. Toutefois, cette approche ne doit se limiter qu’à certains cas spécifiques : l’apport quotidien en liquides ne doit en effet pas être inférieur à 2,5 - 3 litres afin d’éviter les risques d’infections des voies urinaires. De plus, il est possible d’entraîner la vessie à contenir davantage d’urine, en essayant par exemple de se retenir plus longtemps avant d’aller aux toilettes ou en utilisant la technique dite de la « double vidange » : celle-ci consiste, après avoir uriné, à réessayer quelques minutes plus tard.

Cela augmente ainsi les chances de vider totalement la vessie avant de quitter les sanitaires.

 Lectures conseillées

  • Wilt, T.J., N'Dow, J., Benign prostatic hyperplasia. Part 2—management, BMJ
  • Muruganandham, K., Dubey, D., Kapoor R., Acute urinary retention in benign prostatic hyperplasia: Risk factors and current management, Indian J. Urol.
  • Elhilali, M., Vallancien, G., Emberton, M. et al., Management of acute urinary retention (AUR) in patients with BPH: A worldwide comparison, J. Urol.
  • Bradley, C.S. et al., Evidence for the Impact of Diet, Fluid Intake, Caffeine, Alcohol and Tobacco on Lower Urinary Tract Symptoms: A Systematic Review, J. Urol.
  • Fitzpatrick, J. et al., Management of acute urinary retention: a worldwide survey of 6074 men with benign prostatic hyperplasia, BJU Int.
arrow top