Internet pornographique: les trois catégories d’utilisateurs
Parlons de sexe

Internet pornographique: les trois catégories d’utilisateurs

10 % du web est composé de contenus pour adultes. Un phénomène d’une telle ampleur ne peut certainement pas échapper à l’attention des experts. Ces derniers souhaitent comprendre les dynamiques et caractéristiques de cette nouvelle dimension de la sphère sexuelle. Une étude récente publiée sur le Journal of Sexual Medicine a analysé la personnalité des usagers des sites pornographiques. Pour cela, ils ont identifié trois typologies précises basées sur les motivations qui poussent à la consommation de contenus pour adultes.

Ce travail a été mené sur 830 personnes âgées de 18 à 78 ans. Il s’est avéré que 75,5 % des participants utilisaient la pornographie sur Internet uniquement dans un but récréatif. Il s’agit en effet de personnes sexuellement actives, satisfaites de leur vie sexuelle, qui ne passent pas plus de 24 minutes par semaine à regarder des vidéos et contenus pornographiques. Un comportement « absolument sain », selon les chercheurs. Un deuxième groupe de personnes, près de 12 % des participants, correspondait en revanche aux personnes stressées non compulsives : des usagers sexuellement frustrés qui ne passent pas beaucoup de temps sur les sites pornographiques et qui, lorsqu’ils le font, se sentent coupables, éprouvent du dégoût et de la honte.

Le troisième groupe, qui inclut 11,8 % des participants, a quant à lui un rapport compulsif avec la pornographie: il passe en moyenne plus de 110 minutes par semaine à regarder des contenus explicites, mais sans culpabiliser ni ressentir quoi que ce soit sur le plan émotif. Les auteurs de l’étude expliquent que la prochaine étape sera de caractériser davantage les trois profils qui se sont dégagés de l’étude, avec une attention particulière aux deux derniers et à leurs retombées psychologiques possibles.

FR2SPE02412/17

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce qui pousse à l'autoérotisme ?
Actualités
Parlons de sexe

Qu’est-ce qui pousse à l'autoérotisme ?

C’est souvent un sujet tabou. Pourtant, les sexologues assurent que se masturber est un comportement tout à fait normal. Ce qui est sûr, c’est qu’il s'agit d'une habitude extrêmement répandue. Mais les motivations qui poussent les hommes et les femmes ayant un partenaire stable vers l’autoérotisme sont encore floues. Pour en savoir plus, une équipe de chercheurs de l’Université du Texas d’Austin et de la Brigham Young University a interrogé plus de 7 600 hommes et 8 000 femmes âgés de 18 à 60 ans.

SITUATION MONDIALE
Actualités
Sexualité

SITUATION MONDIALE

L’activité sexuelle est une composante essentielle de la vie des humains : 365 milliards par an, environ un milliard par jour et 13 000 chaque seconde.