"Sois un homme !" : Voilà pourquoi les hommes ont tendance à être agressifs lorsque leur virilité est remise en question
Parlons de sexe

"Sois un homme !" : Voilà pourquoi les hommes ont tendance à être agressifs lorsque leur virilité est remise en question

Lorsque les hommes perçoivent une menace - directe ou indirecte - ou que leur virilité est remise en question, la plupart d'entre eux ont tendance à être sur la défensive et à réagir de manière agressive. Le phénomène a récemment été étudié par une équipe de scientifiques de l'université de Duke dans une étude publiée dans la revue Personality and Social Psychology Bulletin : les chercheurs ont établi le profil des mâles les plus vulnérables : ils sont, sans surprise, jeunes, peu sûrs d'eux et constamment à la recherche de retours confirmant la perception de leur virilité. "Nos résultats", explique Adam Stanaland, doctorant en psychologie à l'université américaine et premier auteur de l'étude, "suggèrent que plus la pression sociale ressentie par les hommes est forte, plus leur agressivité peut être importante. En général, lorsque les hommes ont le sentiment de ne pas adhérer aux clichés de genre, ils peuvent ressentir le besoin de se comporter de manière agressive pour confirmer leur virilité - pour "être des hommes", pour être plus précis".

Dans l'étude récemment publiée, les scientifiques ont examiné une cohorte de 195 étudiants universitaires et une autre composée de 391 hommes choisis au hasard entre 18 et 56 ans. Les participants à l'étude ont été soumis à plusieurs questions sur le thème de la connaissance du genre, y compris des questions sur des sujets stéréotypés tels que le sport, la connaissance de la mécanique automobile et la capacité à effectuer des réparations domestiques ; ils ont ensuite été informés, au hasard, que le score obtenu était inférieur ou supérieur à la moyenne des personnes du même sexe. Pour couronner le tout, les hommes à qui l'on disait qu'ils avaient un score inférieur à celui des autres se voyaient également dire qu'ils étaient "moins virils que l'homme moyen". Ils ont ensuite été soumis à un questionnaire dans lequel ils devaient compléter des mots en ajoutant les lettres manquantes, afin d'évaluer leur humeur : les résultats, selon les scientifiques, ont été surprenants et ont révélé des tendances à l'agressivité présentes uniquement chez certains hommes. Plus particulièrement, les hommes dont le sentiment de virilité était endogène (c'est-à-dire qu'il venait de l'intérieur et ne nécessitait pas de confirmations ni de réactions de la part des autres) étaient totalement indifférents au score obtenu dans le questionnaire précédent.

À l'inverse, ceux dont le sens de la virilité dépendait fortement de l'opinion des autres ( ceux qui prétendaient se comporter " comme des hommes " en raison de pressions sociales telles que le besoin d'être acceptés et de plaire aux autres ) ont créé des mots davantage liés à l'agressivité et à la violence, par exemple en complétant les lettres ki- pour former le mot kill (tuer) au lieu de kiss (embrasser), ou les lettres blo- pour former le mot blood (sang) au lieu de blow (souffler) ou bloom (éclore). Le plus grand nombre de réponses agressives a été enregistré chez les participants âgés de 18 à 29 ans : "Il semble clair", commente Stanaland, "que les hommes les plus jeunes sont plus sensibles aux menaces contre leur virilité". Ces dernières années, l'identité masculine est peut-être devenue plus fragile, et dans de nombreux endroits à travers le monde, cela peut être dû au fait que les hommes sont constamment bombardés de menaces contre leur virilité. Ils ont donc l'impression de devoir le prouver chaque jour de leur vie". La même expérience, répétée sur des femmes, n'a pas montré la présence du même mécanisme.

HFTHQ 21-01
Références bibliographiques

Vous aimerez aussi