RÉGIME

Le sexe et la nourriture… Un lien particulier connu depuis des millénaires. Lorsque vient le moment de conquérir son âme sœur, rien de tel que les plaisirs culinaires. Heureusement, la liste des aliments aux vertus aphrodisiaques supposées est longue et variée, et il y en a pour toutes les saisons : du piment aux huîtres, en passant par les fraises et les homards ou les moules, sans oublier une pincée de muscade, de gingembre, de ginseng ou de safran. Bref, il ne sera pas compliqué de préparer un dîner parfait pour une soirée à la maison. Peut-être pouvez-vous d’ailleurs garder à l’esprit quelques traditions populaires.

Mais cela fonctionnera-t-il vraiment ? La science n’est pas vraiment de cet avis. En réalité, la plupart des analyses effectuées ne semblent pas confirmer la présence d’action biologique d’aliments qui justifierait une augmentation du désir. Cependant, même si la nourriture n’a pas d’effet sur le corps, elle peut en avoir sur l’esprit. C’est ce que pensent de nombreux psychologues : peut-être est-ce la puissance de la suggestion ou, plus scientifiquement, un effet placebo. Peut-être s’agit-il aussi d’associations avec des épisodes passés (le premier rendez-vous ?) ou de caractéristiques des aliments, comme leur forme, leur texture ou leur température.

Quoi qu’il en soit, l’élément central est que la nourriture évoque les pensées désirées et la partie est gagnée. Roi des aphrodisiaques, le chocolat mérite une mention spéciale et il n’est pas fortuit que nous n’en ayons pas encore parlé jusqu’à maintenant. Cela fait maintenant une trentaine d’années que les études en la matière ne cessent de se contredire : là où certaines d’entre elles semblent montrer que la consommation de chocolat n’a aucune influence sur le désir, d’autres estiment que des substances contenues dans le cacao (comme la phényléthylamine, les flavonoïdes ou la sérotonine) pourraient stimuler l’activité sexuelle et les fonctions génitales de chaque sexe. Une bonne alimentation et, de manière générale, un mode de vie sain jouent également un rôle essentiel dans la fertilité.

Les experts nous rappellent par exemple que la vitamine C et d’autres antioxydants contenus dans les aliments contribuent à prévenir les défauts des spermatozoïdes et à améliorer la motilité de ces derniers pendant que le zinc et l’acide folique préviennent leur agglutination et encouragent leur vitalité. Quant à l’alcool, au contraire, il peut réduire les niveaux de testostérone et augmenter la quantité de sperme faible. N’hésitez donc pas à déguster des huîtres, des oranges, des pamplemousses, des brocolis, des haricots, des tomates et des fruits secs : bon appétit !

 Lectures conseillées

  • Kotta, S., Ansari, S., H., Ali, J., Exploring scientifically proven herbal aphrodisiacs, Pharmacognosy Reviews (2013) 7 (13)
  • Shamloul, R., Natural Aphrodisiacs, The Journal of Sexual Medicine (2010) 7;
arrow top